LES SIX ARTISTES A SUIVRE DE PRÈS EN 2018.

le

Le train de 2017 se détériore petit à petit et dans quelques jours, sera mis en circulation un nouveau, celui de la nouvelle année. Plusieurs wagons pour différents secteurs parmi lesquels la musique fait partie. Selon leurs différentes apparitions, sorties de single et présences médiatiques, qui sont ces jeunes artistes chanteurs rookies sur lesquels nous pouvons compter pour conduire la locomotive musicale 2018 à bon port ?

PIKALUZ

‘‘Bintoua’’ vous dit quelque chose ? quelle question rhétorique? Si un Mc doit être qualifié de Hot cette année, c’est bien sur PIKALUZ car depuis que le titre aux allures lyricales et clash bintoua est sorti, l’artiste s’est attiré une foule énorme couplée d’une place d’honneur vu la qualité de son écriture et de son style. aux fans de la bonne musique de pousser un ouf de soulagement ! En total, le créateur de la devise enya kpétéa le dimé gogo (dans le dos j’ai toujours mon sac lyrical) a forcé le respect qui se dégage dans ses différentes apparitions. Une scène live bien maitrisée, un charisme travaillé et un soin lyrical bien appliqué à ses textes font de lui l’un des espoirs sans lequel l’actualité musicale 2018 ne s’écrira pas. On attend du lourd venant de lui. Une vidéo de lui que le public apprécie actuellement est obena.

SANTRINOS RAPHAËL

Le crooner le plus adulé est sorti de nulle part pour prendre d’assaut le game avec son coté romantique et captivant qui se dégage dans ses singles. Avec une communauté plus féminine, l’artiste séduit, émut au cours de ses différentes exhibitions avec son titre fétiche fiançailles. On attend qu’il monte d’un cran en 2018 car il en a la possibilité et la carrure. Du travail et de l’endurance, c’est tout ce que nous lui souhaitons pour mener sa barque loin.

JOELLE

Le rnb togolais représenté par une femme a retrouvé naissance dans un nouveau corps et c’est certainement dans celui de joelle qui compte à son arc pour cette année deux projets de taille ayant suscité tous un intérêt médiatique considérable. Blemame et dzidzipé sont connus de tous et le moins que l’on puisse dire de joelle est qu’elle est bien partie pour redonner un souffle à ce genre qu’elle défend bien jusqu’à présent. On veut bien croire que la nouvelle année ne sera pas une année déserte pour elle qui déjà se fait de sympathisants au jour le jour. On espère que la liste de tache s’alourdit dans la balance !

K ROLL

Un gabarit communicationnel très appréciable se ressent chez celle qui parmi la classe des ladies serait une potentielle relève de ALMOK. On l’a aimé quand elle a gagné le trophée découverte en 2016 au palais des congrès et depuis, on l’apprécie plus sur ces récents projets parmi lesquels figure never give up. La musique que K Roll fait touche un public large, des chansons qui peuvent être bien appréciées aussi bien par les jeunes que par les adultes car très ouverte dans la démarche rédactionnelle de ses lyrics. Un aspect marquant de sa réussite se base sur sa communication surtout digitale. Entre belles photos, des actualités sans cesse renouvelées, elle ne fait pas dans la dentelle. Ce qui ajoute un brin distinguant à sa carrière. Avec un public varié, elle a toutes les chances d’encore mieux occuper la scène en 2018.

EL MILIARO

Le breske attitude devient une épidémie depuis que les freestyles part 1 et part 2 au titre de ali jezz ont été dévoilés par le jeune rookie EL MILIARO. Un bon retour de cette petite saga de freestyles lui ont permis une petite visibilité qu’il sera le seul à bien exploiter. Un mc au sang neuf se dessine à l’horizon n’est ce pas ? Espérons que le rappeur saura être à la hauteur des attentes de ses admirateurs. Le breske attitude sera-t-il sur toutes les lèvres en 2018 ? Le fil du temps nous le dira.

DIFF PLIES

La djangonisation grandit au jour le jour. Le concept de la nouvelle sensation ragga dance hall, DIFF PLIES prend de la considération depuis que l’artiste tout comme shatta wale a retiré ses vêtements ( un peu excentrique dans sa stratégie) sur la scène du concert le rap togolais va bien. C’est alors tout naturellement qu’il se réclame le titre de shatta wale togolais. La chanson Django continue de faire son effet et nous comptons sur lui pour beaucoup plus de contenus en 2018. Un petit constat et conseil à son endroit : Pourquoi vouloir le titre de shatta wale togolais ? Pendant combien de temps peut-il défendre ce titre s’il doit bien construire une carrière attirante et originale. Il ne faut pas qu’il se retrouve prisonnier du titre qu’il se crée.

Le public compte sur eux, espérons qu’ils seront de taille pour percer l’univers opaque du showbiz togolais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *