5 trucs à savoir sur le morceau Dzidzipé de JoElle [ZOOM]

le

Et si on prenait cinq minutes maxi de notre précieux temps pour aller à la découverte de la récente sortie de Joëlle, artiste pop RnB togolais ? Rappelons qu’en l’espace d’une semaine, elle nous a livré spontanément sans grande annonce, l’audio et la vidéo du projet dzidzipé. Sachant que le public togolais offre rarement du nougat aux artistes, que trouve-t-on donc de spéciale à ce track pour qu’il arrive à envelopper les mélomanes dans une si joyeuse bulle ?

Dans la suite, nous allons lever le voile sur les 5 signes du morceau qui déclenchent une facile réceptivité du public togolais.

1. LE GENRE RNB

Ce genre employé par l’artiste a réveillé un souvenir chez les mélomanes qui sont de plus en plus en manque de cette musique qui a quasi disparue dans un environnement dominé plus par l’afro beat, la musique urbaine et le hip hop. Le public s’est retrouvé coupé de la routine musicale pour une séance nostalgique de 03mn 41 sec. Cette stratégie s’utilise aussi en publicité et lorsqu’elle est bien employée, elle déclenche à coup sur l’action. Et pour les friands de la danse, le reggae au milieu ne vous fait-il pas bouger ? Tout le monde est servi comme le voulait l’artiste.

2. LA PRÉDOMINANCE DE LA LANGUE ÉWÉ

Dans ses projets antérieurs, Joëlle a plus utilisé l’anglais, parfait moyen pour ne pas attirer l’attention de la cible togolaise. Le fait de privilégier la langue locale facilite la compréhension, donne une authenticité au morceau et facilite sa rétention. Elle a déjoué les pronostics et les habitudes que le public lui connaissait. Alors qu’on s’attendait à trouver une Joëlle qui ne chante rien qu’en anglais, d’une manière rocambolesque, elle surprend avec un texte gratté majoritairement en éwé. N’empêche que l’anglais s’est ressenti, preuve qu’elle vise un monde cosmopolite.

3. LE COTE LYRICAL

C’est une chanson à refrain, la structure est telle : 2 vers accompagnés du pré-refrain + refrain + un vers répété deux fois (reggae) + pré-refrain + refrain+ un vers de fin + refrain. Notons que la répétition est aussi une figure de style dont elle a usé à fond, ce qui facilite la rétention des paroles. Comme quoi il ne sert à rien d’aligner des paragraphes, difficiles à retenir pour faire un track.

4. LE MESSAGE

C’est une chanson qui touche directement la jeunesse. Dzidzipé, le titre dit déjà tout. A cette ère révolutionnaire où la vie n’est plus offerte sur un plateau d’or, se chercher par n’importe quel moyen reste la seule option et même s’il le faut, abandonner tout et reprendre un nouveau départ loin de tout ce qui nous retient prisonnier de la routine. Si l’audio n’a pas été explicite, le clip éclairci le mystère de ce coté. Le scénario joué par l’artiste et SANTRINOS RAPHAEL qui est aussi artiste les montre en couple dans une atmosphère de problèmes conjugaux. Ce qui pousse la conjointe à lâcher prise et prendre le large. Dzidzipé donne de la motivation, une envie d’aller de l’avant, de quitter les sentiers battus et de se reconstruire en cas de défaite.

5. LE BEATMAKER

Douglas est son nom et c’est un jeune beatmaker en phase d’être découvert surtout avec ce projet. Rien ne surprend si une telle prod provenait d’un DJ-C, d’un Kardinal ou d’un Kollins pour la simple raison que c’est de leur habitude de faire de bonnes prods. Ce qui est nouveau attire surtout s’il est bon. Dès la sortie audio du single, une des questions posées par les mélomanes était de savoir qui avait fait la prod. On dira que isdougonthetrack a posé les fondations de dzidzipé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *